1. On émerge…

    On a pris le temps de s’y inscrire. Parce qu’on voulait y glisser de l’inédit (niveau son…). C’est fait.

    On fait partie des 34 candidats artistes/groupes à jouer Les Émergences 2015 ! (C’est pas beau la Mayenne, tiens ? 34 !)

    Si potentiellement et d’aptitudes nous avons tout-bien-saisi, pour faire partie des 9 groupes participants aux concerts de sélection, le public 2.0 aura son mot à dire, via un vote sur internet du 29 septembre au 19 octobre.
    Donc voilà, dès lundi, on vous donne rendez-vous ICI.

    En ces temps préparatoires à notre nouvel EP, enregistré par Thomas Ricou et mis en visu par un certain Florian et une certaine Pauline, merci de nous suivre.

    Hasta pronto, sí sí.

     

  2. On la passe, 6 par 4

    Après de beaux derniers concerts, où l’intensité a montré le bout de son nez.

    Après une double fête de la musique, dont une en terres lavalloises. Une folle, jouée avec les tripes et tout ce qui nous restait de potentiellement exploitable.

    Après un concert en bois éveillés, fête privée entre transe et folie.

    Alors même qu’on prépare un nouvel EP, avec l’ingénieu(x)-son Thomas Ricou et quelques jeunes fous créateurs.

    Bref, après tout ça… On sera au 6par4 de Laval, le 28 novembre prochain, avec des Anglais : ceux de A band of Buriers.

    Sí sí.

    (La page sur le site du 6par4, c’est ici.)

     

  3. Post instants de Saint-Feuillien…

    Cinq jours de concerts, et une première “mini” tournée qui s’est achevée. Le petit blues suivant. Et les souvenirs en tête.

    Ce Mini Tour With Folks 2014, c’était cool ! On a rencontré de belles personnes, “autant sur le plan taketike que tékenike”… Non, allez, autant côté humain que flanc artistique.

    Un grand merci aux bars qui nous ont accueilli. Merci à Marc (Le Melting Potes, Nantes), Hubert (Le Donegal, La Roche-sur-Yon), Herveline et Alexia (le Maytiss’Bar, Le May-sur-Èvre) et Emilien (Le Point Bar, Château-Gontier).

    Un merci spécial pour Thibaut Herbreteau (association Coton Tige), pour l’organisation impeccable du concert yonnais.

    Un bisou doux aux hébergeurs et associés : Clara, Martin, Romain, Guillaume et Maxime. Et un gros merci aux personnes rencontrées, ou simplement vues, lors de ces cinq concerts, tous différents. Ces personnes qui se sont déplacées, ont écouté, ont pris le temps, ont applaudi…

    Enfin, et on termine par ça : un énorme bisou à Jaouen (aka The Bear) pour avoir tenu la barre à Nantes. Il en a sous la pédale le che. Et un immense merci à Quentin (alias Throw me off the bridge) pour avoir accepté de nous suivre, quatre jours durant, et de nous délecter de quelques citations cinéphiles…

    image

    Nantes, ou le premier soir, a été grandiloquent. Au manger quelques frites fines et un hamburger bon, on a chanté après Jaouen, devant foule plurielle, amis et famille présents. C’était cool, pour un premier soir.

    La Roche-sur-Yon le lendemain, et Quentin de nous avoir rejoint. Après un bisou doux à l’Ours. Qui aurait cru que ce serait si bon. 50 personnes ce soir-là. Des frites et autres saveurs de non-régime appréciées, une orga impeccable, un patron des plus attentionné, et un beau public, à l’écoute. C’était super. Vraiment.

    Le May-sur-Èvre le vendredi 9 mai 2014. Le lieu est beau, un bar-cabaret collé au théâtre municipal de la petite ville. Mais un bar peu fréquenté, alors que… Alors que le lieu est super. Ce soir-là, on n’a peut-être pas vécu la plus grande ambiance de notre jeune vie, mais on a eu droit, devant ces quelques vingt personnes, à une écoute par-faite. Chapeau.

    Cholet, samedi. Plus compliqué. Le lieu ? Sans doute le plus beau bar de la tournée. Le contexte ? Certainement le plus compliqué, dans le passage. On a quand même apprécié. Voir ses amis se bouger et venir en ville choletaise, ça a du bon.

    Château-Gontier pour terminer. Merci à tous d’être venus, un dimanche après-midi, chez nous… C’était sympa. Vraiment. Rien d’autre à dire.

    Ah, et puis, plusieurs bons temps nous resteront. Sur scène d’abord, avec ces sensations inégalables. Entre nous ensuite, avec ces instants communs, à braver l’eau fontaine de La Roche, ou à trinquer la Saint-Feuillien.

    Ce Mini Tour With Folks en appelle d’autres, d’autant qu’on a quelques ambitions disquaires sur le feu.

    D’aucuns s’en douteraient, non ? Sí sí.

     

  4. Au pied, le Rex

    image

    On a réfléchi, beaucoup. On s’est écoutés, plus. On a dormi, très peu. On a chanté, à quatre voix. On a plus de voix, avec extinction totale pour le chanteur, la classe. On a travaillé, vachement. On a recomposé, un peu. On s’est découverts, pas mal. On s’est identifiés, cool. On s’est motivés, énormément. On a écouté (T. Ricou), souvent. On a cherché, pas mal de fois. On a aussi trouvé, si. On a joué, trois jours. On a eu des œufs au chocolat, un peu. On a également trouvé notre demeure secondaire, le Rex. On s’est éclatés, constamment. On a de nouvelles choses à montrer, ouai.

    On arrive.

    -

    Les 19, 20 et 21 avril, on était tous les quatre dans la belle et trop-peu-utilisée-pour-les-musiques-actuelles salle du Rex, à Château-Gontier. On était en résidence avec Thomas Ricou, ingénieu(x)r son et intervenant, donc, en ce weekend prolongé de Pâques. On le remercie, vraiment. Là, on sait où on va. On a débloqué pleins de choses. On s’est vraiment rendus compte de pleins de trucs. Surtout, qu’on était bien, tous les quatre.

    Thomas a été, le temps de trois journées, le cinquième homme de Rotters Damn. Bref, merci pour ça. Pour nous avoir permis de franchir une nouvelle étape. Merci aussi aux organisateurs, à Nicolas Moreau et à Mayenne Culture. Merci à Bouts de ficelles Production et à la Communauté de communes du Pays de Château-Gontier. Pour nous avoir permis de travailler dans ces conditions extras et dans cette salle particulière. Merci à tous.

    On vous redit à très vite. Là, c’est encore plus sûr, on a pleins de choses à vous montrer.

    Sí sí.

     

  5. À une voix

    image

    ©Chloé Gaugain

    Poupet n’était pas loin. Vraiment pas loin.

    Mais c’est comme ça. On a joué tard. À 00h30, dans la nuit du 21 au 22 mars. Il restait encore pas mal de monde à cette heure tardive. C’était (déjà) cool.

    On s’est fait plaisir. Le public a été super, dans cette ambiance particulière d’un chapiteau de cirque voué, pour une soirée, aux musiques actuelles.

    Enrichissante expérience. Fatigante aussi, après près de 12 heures d’attente entre balances et moment de jouer. Mais cool, bien.

    Alors oui, on est déçus. Quand on sait que la victoire du tremplin s’est jouée au vote du public, « à une voix », selon plusieurs bénévoles du festival. Quand on sait aussi que les jurys (de professionnels et du festival) n’ont pas pu nous départager, avec Bukatribe. Mais on est quand même bien contents. Déjà, parce que le quartet bucal Bukatribe a fait le show, et c’était vraiment bien. Et ensuite parce qu’on finit quand même 2èmes sur 114 (candidatures).

    Encourageante. Gratifiante. Un peu frustrante. Et cool. L’expérience du tremplin de Poupet, c’est ça.

    [Alors merci au jury du festival de nous avoir sélectionné parmi 10 groupes/artistes. Merci aux votants surprenants de nous avoir envoyé en finale. Merci au public, ce 21 mars. Merci aux jurys de nous avoir dit de bonnes choses. Merci à Maxime, Dimitri et William au son et aux lumières. Et merci aux organisateurs de la soirée, l’équipe de Poupet. C’était cool.]

    A très vite, on a plein de trucs à vous montrer. Sísí.

     

  6. Un Poupet pour quatre

    La bonne nouvelle est tombée aujourd’hui, à 16h30 : on est sélectionnés pour la finale du tremplin de Poupet !

    Merci à tous les votants, c’est vraiment cool !

    Une place pour quatre maintenant. Une place pour jouer en première partie au prochain Festival de Poupet. Ça le fait. De toute façon, ça le fait déjà, d’être dans les quatre. "Rien à perdre, tout à gagner". C’est exactement ça !

    La finale aura lieu vendredi 21 mars, à 21h, à St Malo du Bois (85). On jouera en compagnie de Bukatribe, Bluemango et Leo Seeger. Le public et le jury de professionnels décideront du vainqueur.

    On vous y attend déjà.

     

  7. Un possible Poupet

    Ça y est, c’est annoncé, alors on vous le dit.

    On a été sélectionné par un jury, dans un premier temps, et maintenant, on a une chance sur 10 de jouer au festival de Poupet 2014. Mais pour ça, on aura besoin de l’aide de tout le monde.

    Ce n’est pas notre genre de quémander, mais là ça vaut le coup quand même…

    On vous donne donc rendez-vous dès le 14 février pour voter, ici : http://festival-poupet.com/tremplin/

    ___________________________________________________________

    En attendant, on redit nos remerciements au public, au Bar des Artistes de Laval (53), et à Quentin “Throw me off the bridge”, qui organisait le 30 janvier dernier, à Laval, un concert acoustique. On y a partagé la scène avec Mark McCabe et Ellen Cox, et comme ils disent : “it was pretty good”.

     

  8. Retour de Trans

    Ça fait du bien.

    Ça fait du bien de jouer. Et ça fait beaucoup de bien de passer un beau moment.

    Samedi 16 novembre, on a plongé en plein désert, à Louvigné-du-Désert (35) exactement.

    On remercie tous les organisateurs, de près ou de loin, de cette soirée délocalisée des Transmusicales (les jeunes, Jovence, la Maison du canton, Bivouac, les ingés, tout le monde). Merci à The Enchanted Wood. Faire leur première partie, c’était cool. On remercie le public aussi, très bon.

    On reviendra, c’est sûr Ça fait du bien.

    A très vite, nouvelles échéances obligent.

     

  9. Después del verano…

    Le samedi 24 août, ou l’un des jours les plus agréables – humainement et musicalement – de notre encore jeune histoire de groupe. Un festival en pleine ferme, une programmation de fous, une organisation et un accueil impeccables, et des gens sympas. Terra Incognita (nous) a marqué.

    Deux semaines plus tard : 7 septembre, 20h15. On foulait alors les champs loignéens avec les génisses. Les Génisses, dans l’maïs. On ne s’est pas déshabillés, mais presque.

    Puis on est parti pour une semaine d’agréabilité et d’ambiancement certains. Direction, mardi 10 et pour 12 minutes, le studio de la première radio mayennaise, de nom chanté “France Bleu Mayenne”. Sympa.

    Jeudi, on a fêté la rentrée à Mayenne, avec quelques dizaines d’étudiants de la ville. Bon accueil, bon son (merci Bruno Grand Nord). Cool.

    Et enfin, on finissait notre été – verano – ce samedi 14 septembre, en plein chantier. Chantier de la future imposante médiathèque de Château-Gontier. Concert complet, public cosmopolite, belle fin estivale.

    Alors que l’on reprend la route obligée de quelques étapes étudiantes, on vous donne rendez-vous bientôt, pour de nouvelles dates, de nouvelles chansons, et des projets de résidence(s) et autres frivoles folies. Sí sí.

    image

    ©Clélia Berthier

     

  10. Six dates avant Terra…

    Le mois de juin est passé. D’un “field show” photogénique à une fête de la musique entre bières et sauce, tout est allé vite, et bien. On retiendra cette scène, place du 18 juin, un… 21 juin. On retiendra cet accueil d’un public qui donne envie d’avancer toujours plus. Et cette expérience d’un “Tranzistour” intimiste, mené d’une main de maître par l’intervieweur pelé, bonifiante. 

    Le mois de juillet est aussi vite passé. Entre retrouvailles et rencontres, amicales et musicales, il nous a permis de parler espagnol et de voir un ours. Sí sí.

    Alors que notre homme à la guitare s’en va vadrouiller quelques temps en Europe, à l’Est, on prépare le voyage. Le voyage en Terra Incognita. Paraît-il que, là-bas, il y a du beau monde…

    image